In memoriam Frank Martin Brian North Lee, F. S. A.,  Président d'Honneur de la Bookplate Society

Frank Vernon Martin (1921-2005) était trop occupé en tant qu’artiste et enseignant pour avoir le temps de se consacrer plus intensivement à la création d’ex-libris, bien que cet art l’intéressait beaucoup. En fait, lui et sa femme Peggy participèrent au 5ème Congrès International de l’Ex-libris, qui se tenait à Amsterdam en 1957. Il fut un ami proche de Mark Severin, et tous deux étaient de grands amateurs des représentations de nus féminins. Frank avait été formé à la gravure sur bois par Gertrude Hermes, un graveur et sculpteur émérite d’origine anglo-allemande; et John Buckland Wright lui enseigna l’art de la gravure à l’eau forte. Il devint lui-même enseignant à l’Ecole d’Art de Camberwell,  de 1953 à 1980, et pendant les quatre dernières années, il fut à la tête de son département de Design Graphique.

 

La création d’éditions limitées de gravure fut sa principale occupation depuis le milieu  des années 1960, et dans ses sujets favoris se trouve le cinéma, dont les comédies musicales de Hollywood des années 1920/1930, et le théâtre. Au fil des ans, il y a eu de nombreuses expositions individuelles dédiées à ses travaux, mais malheureusement la prochaine, qui ouvrira sous peu à Londres, fera figure d’exposition commémorative. Hollywood Continental: Frank Martin (Academy Editions, St. Martin's Press, 1988) mérite qu’on s’y intéresse, bien qu’il y ait une inégalité dans les reproductions et que cela ne parvienne pas à refléter totalement son talent. De toute façon, c’est l’observateur qui juge ce qui est à son goût et ses interprétations du ‘beau genre’ ne font pas l’unanimité.

 

         Pour moi, ce sont les gravures sur bois de Frank qui distillent le plus sa ‘magie’, et ses ex-libris continueront à être prisés. Il n’en existe pourtant que 25 , dont neuf sont illustrés dans le livre cité ci-dessus. La plupart - en particulier les plus anciens – révèle tant sa capacité au lyrisme, son néo-classicisme et son style pétant, ou un mélange de ces genres.

 

         Frank était une personne dont on recherchait la compagnie. Il fut intellectuellement brillant jusqu’à la fin ; il avait des vues bien arrêtées sur l’art et bien d’autres choses, mais il était chaleureux et avait un enthousiasme juvénile tout comme Mark Severin. Il avait également du courage, ce qui apparut clairement lors de la rapide détérioration de la santé de Peggy pour cause d’Alzheimer et dans la difficile période qui suivit. Il y a un article et une liste de ses ex-libris dans l’Encyclopédie Bio-Bibliographique de l’Art de l’ex-libris contemporain, Vol.13,1993, de Mota Miranda et il fut aussi le sujet de ‘Profil d’un Artiste’  dans le Journal de l’Ex-libris de septembre 1992. Pour avoir tous les détails de ses gravures sur bois debout ou de fil et d’autres techniques en relief, The Wood Engravings of Frank Martin, The Previous Parrot Press, 1998, est un livre d’une valeur inestimable.

            Avec la mort de Frank, nous avons perdu le doyen des artistes de ce moyen d’expression en Grande-Bretagne; il fut extrêmement actif dans ce domaine bien avant que la plupart des praticiens actuels ne soient nés; et il continua de travailler pratiquement jusqu’à sa mort. Ceux d’entre nous qui l’ont connu sont aussi privés de l’amitié d’un homme merveilleux.